Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

LES VIOLATIONS DES DROITS DE LA PERSONNE EN IRAN: ESMAIL ABDI

Honorables sénateurs, je prends la parole aujourd'hui pour appuyer les enseignants iraniens. Je voudrais vous raconter l'histoire d'Esmail Abdi, qui enseigne les mathématiques au niveau secondaire et qui est secrétaire général de l'Association professionnelle des enseignants iraniens.

M. Abdi a été arrêté le 27 juin 2015 parce qu'il aurait tenté de quitter l'Iran pour obtenir un visa canadien de visiteur. M. Abdi devait assister au septième congrès mondial de l'Internationale de l'éducation, qui devait avoir lieu ici à Ottawa. Peu après son arrestation, il a été transféré à la prison bien connue d'Evin, qui est dirigée par la Garde révolutionnaire iranienne, dont certains éléments sont désignés comme entités terroristes par le gouvernement du Canada.

M. Abdi a été soumis à 17 jours d'interrogatoires pendant qu'il était détenu en isolement cellulaire, sans accès à sa famille, à un avocat ou à un semblant de procédure juridique. En février 2016, il a été condamné à six ans d'emprisonnement, le tribunal ayant jugé qu'il était coupable de diffusion de propagande antirégime et de rassemblement et collusion contre la sécurité nationale. Ces accusations découlent des activités de M. Abdi comme enseignant et comme défenseur de meilleures normes d'éducation en Iran.

En tant que Canadiens, nous pouvons être fiers de vivre dans un pays qui défend ses enseignants ainsi que le droit de chaque citoyen à la liberté d'expression et d'association. Depuis un certain temps déjà, nous dénonçons les crimes que le régime iranien commet contre ses propres citoyens et à l'étranger. Je suis fière de prendre la parole ici, comme sénatrice conservatrice, afin d'inviter mes collègues et le gouvernement à se joindre à moi pour condamner la façon dont l'Iran traite ses enseignants et pour demander la libération de tous les citoyens emprisonnés pour des raisons douteuses.

Je vous remercie.